Choisir un parquet résistant

Sols & traitements
Choisir un parquet résistant

Parce qu'au-delà d'être esthétique, un parquet doit également être résistant à l'usure, il est important de faire le bon choix, à la fois en matière d'essence et de qualité de parquet. Quelles sont les normes à connaître, les classes et les labels en vigueur ? Quelle épaisseur et quel indice de dureté privilégier ? Le point pour vous aider à choisir le parquet le mieux adapté à vos besoins.

 

 

 

 

Parquet : Quelle épaisseur ?

Le parquet est  un revêtement en bois, ou à base de bois, dont la couche d'usure (ou parement) est comprise entre 2mm et 2,5 mm. Choisir un bon parquet c’est choisir un parquet adapté à la pièce à laquelle il est destiné. En effet, en fonction de sa destination, le choix devra se porter sur un parquet plus ou moins résistant. Ainsi, une pièce où le passage est important ou encore une pièce donnant sur l'extérieur exigeront un parquet plus épais qu'une pièce de faible passage, à l'image par exemple d'un bureau ou d'une chambre. Si les parquets les plus fins ont une épaisseur moyenne de 2,5 mm, les modèles les plus résistants peuvent aller jusqu'à 7 mm.

 

 

Parquet : les classements à connaître

Choisir un bon parquet c’est aussi s’intéressé à sa classe de dureté, allant de A à D, A pour les bois les plus tendres, B les bois mi-dur, etc. Pour un parquet résistant et adapté à un usage quotidien, privilégiez des parquets de catégorie C.

La classe d’usage d’un parquet rend compte de son épaisseur et de la dureté du bois. Pour chaque épaisseur de parquet ce classement défini un niveau de résistance, qui détermine le type de parquet à privilégier selon la destination de la pièce. Ainsi, un parquet de classe 21 est adapté à un usage domestique modéré, à l'image d'une chambre ; un parquet classé 22 fait référence à un usage domestique normal, le bureau. La classe 23 est associée à un usage domestique élevé, une zone de passage tel que l’entrée, les couloirs. Quant aux classes 31, 32 et 33, elles font référence à un usage commercial, pour un usage modéré, normal et élevé. Enfin, les classes 41, 42 et 43 sont relatives à un usage industriel.

Le classement UPEC est une classification française, qui offre une indication sur la résistance d'un parquet à partir de quatre paramètres : l'usage (U), le poinçonnement par mobilier statique (P), la tenue à l'eau (E) et la tenue aux agents chimiques (C). Les lettres UPEC sont suivies de chiffres croissants correspondant à des niveaux de résistance croissante : U2 P3 E3 C1. Plus le chiffre est élevé, plus le comportement aux critères correspondants est bon.

 

Parquet : Quelle essence ?

Après avoir choisi l’épaisseur et le classement du parquet, il vous faudra choisir l’essence du bois qui le compose. Ainsi, parmi les bois les plus durs, on trouve de nombreuses essences exotiques, telles que le palissandre, l'ipé, le jatoba... Les bois durs comprennent notamment l'acacia, le wengué, l'olivier, le moabi... Quant au chêne, au hêtre, au bambou, à l'érable ou encore au teck et au noyer, ils font partie de la catégorie des bois mi-durs.

 

Parquet : Les normes à connaître

La première règle à suivre est de vérifier que le parquet que vous achetez porte bien le marquage CE, qui est obligatoire depuis 2007. Par ailleurs, il existe un certain nombre de normes relatives au parquet et susceptibles de constituer un indice utile pour faire le bon choix, voici les principales :

• les normes NF EN 13629 (bois feuillu) et NF EN 13990 (bois résineux) concernant le parquet massif

• la norme NF EN 13489, pour le parquet contrecollé

• la norme NF P 92 507, relative à la résistance au feu. Cette norme classe les matériaux de construction en 5 cagoteries de M0 à M4, M4 étant la plus facilement inflammable et M0 la plus difficilement inflammable. Les parquets sont classés dans les catégories M3 ou M4, regroupant des matériaux moyennement inflammables et facilement inflammables.

 

Parquet : Quels labels ?

Différents labels ont été mis en place pour aider les consommateurs à choisir leur parquet. Le label FSC (Forest Stewarship Council) atteste ainsi un parquet respectant des critères écologiques, économiques et sociaux. Le label PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification) garantit quant à lui que le bois utilisé pour l'élaboration du parquet est issu d'exploitations gérées durablement. Le label TFT (Tropical Forest Trust) constitue une caution en termes de traçabilité. Un autre label susceptible de présenter un intérêt pour le consommateur est le label « Parquets de France », qui offre l'assurance d'une sélection rigoureuse des matières premières ainsi que d'une fabrication française.



Tous savoir avec EASY DEVIS - Sols & traitements.

Voir tous les articles

Partager cet article :
   

Vous avez des projets de travaux ?

Notre service vous permet de comparer gratuitement les devis des artisans proches de chez vous, sans aucun engagement. 4 devis gratuits

Articles en relation :